Avis des Pipelettes en parlent sur HF5/LaD2 : 6+6+1

Avis de Pauline : L’histoire de ce Six plus six plus un reprend exactement là où se termine le précédent. Il faut dire qu’Andréa Deslacs avait laissé l’elfe Kaya en bien mauvaise posture et la poursuite directe de la trame narrative est un soulagement pour les nerfs des lecteurs à défaut d’en être un pour la principale intéressée. Au main du psychotique Cyan, il lui faudra ruser si elle espère sortir sans trop de dommages de sa captivité et protéger les siens.

Le kidnapping de l’ange des elfes exacerbe la rivalité entre Cyan et le Rorqual qui n’est pas prêt à se laisser doubler et qui à son tour profite d’une aubaine pour mettre la main sur la Sainte July. Face à cet événement, les Saints restants se concertent et c’est peu de dire qu’il y a des dissensions dans le groupe. Petit coup de cœur pour cet épisode entre Lancet, le Saint Georges et Rhys qui nous en apprend beaucoup sur ces personnages tout en étant très distrayant. Mais je ne suis pas objective puisque j’ai un petit faible pour Lancet.

Les personnages principaux que sont Lisbeth, Grace, Gavin, Airon et Rhys sont mis au second plan dans ce tome afin de laisser la place au groupe que forme Myr, Lowell et le Chantre. Nous en apprenons un peu plus sur leur personnalité et sur leurs objectifs et autant dire que je n’aimerais pas être à la place de leurs pantins.
La nouveauté vient du personnage d’Arawyn d’Alwaid que nous avions découvert dans le tome précédent. Cette fois-ci, l’auteure nous le dévoile mais j’espère qu’il apportera son lot de surprises à l’avenir.

Et puis il y a le Magister. Privé de ses organes essentiels à sa régénération, Else se délite mais ne se laisse pas abattre. Même ses totems chèrement acquis lui donnent du fil à retordre. Son devoir envers la Grande Forêt reste sa priorité. Quitte à devoir utiliser ses deux enfants. Il est aussi suivi de prêt par Bacchus qui ne lui fera pas oublier le pacte qui a été conclu entre eux autrefois. Une véritable épée de Damoclès au-dessus de sa tête.

Six plus six plus un est, comme le précédent, un roman riche en action mais frustrant. Frustrant car je n’ai pas eu le sentiment d’avancer considérablement dans l’histoire. J’ai l’impression qu’Andréa Deslacs en est encore à nous introduire les personnages au risque parfois d’en présenter certains de manière survolée par manque de temps. Aura-t-elle le temps de nous éclairer sur tous alors qu’il ne reste que deux tomes ?
Toutefois, je ne suis jamais ennuyée dans la lecture que ce soit dans ce tome comme dans les précédents car l’univers steampunk, les personnages, leurs noms décalés et leur diversité (humains, elfes, nains, nymphes, anges, dragons…) et le style très frais de l’auteure forme un cocktail des plus agréables à lire.

Vivement la suite !

(à relire sur le site officiel)

Deux avis positifs sur HF 5 : « Six plus Six plus Un » !

Les Sortilèges des Mots (à lire entier sur ce lien)

J’ai pris énormément de plaisir à le lire et aussi beaucoup de frustration. L’autrice prend toujours un malin plaisir à vous faire croire qu’elle va vous donner les réponses que vous attendez pour mieux vous pousser à vous poser trente autres questions. Ça n’en finit pas mais en même temps, c’est ce qu’on aime.

La tension dans ce roman est beaucoup plus forte que dans les autres. On sent le combat lié à la religion en approche. Tout ça manigancé par le groupe de Lowell. C’est étonnant que personne ne les ait remarqué pour le moment. J’aimerai bien savoir qui ils sont réellement. Tout comme Rhys mais je me suis faite une raison. Pareil pour Airon. […] Un nouveau personnage se montre : Arawyn. […] Néanmoins, j’aime beaucoup sa protégée Janet

Concernant Jude et Morgane, les enfants de Lisbeth et Esle Other, j’ai été ravi qu’ils soient mis un en en avant. Mais l’autrice était-elle obligé de leur faire subir ça ? […} Comme pour le reste, des questions se posent et on va attendre longtemps. […] Lancet reste fidèle a lui-même. J’ai adoré le chapitre au cours du quel Lancet et George se retrouvent face à Rhys et Salomon. Voir leur point de vue sur Rhys permet de voir autre chose.

Les elfes sont plus présent. Enfin mais la pauvre Kaya. Je l’aime beaucoup. [Cyna] est complètement fou. On a enfin un chapitre du point de vue de Bacchus. C’est vraiment intéressant. Je n’aurai pas imaginé les choses de cette façon.

[…] Ce roman est une fois de plus incroyable et surtout bien frustrant. J’étais tellement plongé dans ma lecture qu’arrivé à la dernière page, je me suis dit « c’est tout ? Et la suite ? ». Eh bien, il faudra attendre.

L’Imaginarium de Symphonie (à lire en entier sur ce lien)

Si j’avais trouvé que les deux derniers tomes tiraient un peu en longueur sans trop faire avancer le mystère, celui-ci a ravivé mon intérêt. Il se passe pas mal de choses un peu dans tous les camps, sans toutefois que le lecteur soit perdu dans les différents points de vue, avec des révélations mais aussi quelques nouvelles questions pour garder le lecteur attentif.

En premier lieu, on a enfin la confirmation de la nature et du véritable rôle du Magister. […] A noter aussi une scène particulièrement surprenante dans la dernière partie, dont j’ai vraiment envie de connaître le pourquoi du comment dans le tome 6.

Rhys, le policier chargé de l’enquête de la mort de Else Other, réalise enfin qu’il y a de la magie dans l’air, et qu’il ferait mieux de s’intéresser d’un peu plus près aux Saints et aux Anges… ainsi qu’à ses propres particularités. De quoi lui faire oublier pour un temps Listbeth Orther, qui ne s’en portera pas plus mal.

Les Anges et les Saints n’ont pas dit leur dernier mot, malgré pas mal de chamboulements dans leurs rangs. […] Et si nous avions l’impression d’un front globalement uni du côté des Saints, à l’inverse de celui des Anges, on apprend qu’en réalité, tous les moyens sont bons pour gagner. Solitudes et sacrifices…[…].

Comme je l’ai dit en préambule, j’ai trouvé ce tome davantage équilibré, avec une réelle avancée dans l’intrigue et les mystères. Encore un ou deux dialogues narratifs, mais dans le contexte, ils ne passent pas trop mal.

Mes lectures : L’Apprentie Faucheuse, J. Robin

A l’occasion d’une interview de J. Robin pour Etherval n° 14 sur le thème de l’Héritage, les éditions Le Héron d’Argent ont accepté de me laisser découvrir en avant-première :L’Apprentie Faucheuse. Une lecture très agréable dans l’univers de la Mort et de ses petites mains, au plutôt de ses sept petites Faucheuses.

Les atouts de ce tome 1 du cycle « Rouge Sang et Noir Corbeau», sont une mise en page illustrée d’une belle qualité, un style fluide et un humour réussi, des personnages particulièrement attachants (j’avoue avoir un faible pour Rain), et une intrigue qui se dévoile au fur et à mesure nous emportant dans une grande aventure palpitante.

Pour découvrir l’article complet, cliquez ici !

Et le site officiel : ici

 

 

La vidéo coup de coeur des « Sortilèges des mots » sur HF3

Écrire, c’est partagé une histoire. Pour un auteur, que ses personnages prennent vie dans les cœurs des lecteurs, est déjà une grande réussite. Mais comment savoir si on a réussi à transmettre une émotion, à rendre vivants ces êtres fictifs que nous aimons tant, à surprendre les lecteurs ? Eh bien, justement, en ayant des retours de ces derniers.

Rien n’est plus important pour un auteur que de voir son histoire plaire et surtout de savoir qu’on a permis à d’autres de passer un bon moment. Merci donc aux Sortilèges des mots pour cet enthousiasme !

HF 4/LAD 1 (Les Autres de Darkwood T1), les Pipelettes en parlent !

Ce mois-ci, les avis sont nombreux sur la série Heaven Forest, mais cette fois, la chronique de Pauline, l’une des chroniqueuses du site « Les Pipelettes en parlent » (livres, mangas, films, séries TV), concerne le tome 4 de Heaven Forest, soit le tome 1 du 2e arc « Les Autres de Darkwood », roman nommé « De plumes et de cendres ».

Lectrice de la première heure du cycle, grande connaisseuse de la Grande Bretagne, cet avis est donc à découvrir pour toute personne qui redouterait que l’œuvre s’essouffle au fil des tomes. Lisez-le en entier (mais attention, petit spolier sur le 1er arc), mais sachez que la conclusion est celle-ci :

De plumes et de cendres est un tome d’action, d’humour, de rebondissements… on ne s’ennuie pas une seule seconde.

Heaven Forest 2 : la vision des Sortilèges des mots

En vue des Halliennales 2018, le site Les Sortilèges des mots s’est penché sur les différents romans qui seront présentés lors de ce festival. Or, « Heaven Forest 2 : Solitudes et Sacrifices » a fait partie de cette liste.

Vous pouvez ainsi découvrir sur ce site très complet sur les sorties récentes de la littérature de SFFF, sur les mangas, sur le Japon et sur bien d’autres livres.

Heaven Forest a en tout cas eu droit a à la fois une vidéo et un article,  ce qui est un vrai honneur. 😀

Les mots clefs de cet avis ? complexe, surprenant, frustrant, personnages ciselés, et « lire la suite ». Mais consultez plutôt les avis complets.

 

7e chronique positive sur HF 1 : L’imaginaerum de symphonie

L’Imaginarerum est un blog littéraire qui permet de découvrir l’univers propre de l’auteure Symphonie, mais aussi des articles sur l’écriture, le monde de la littérature de SFFF, et des critiques.

Ce mois-ci, c’est le tome 1 de Heaven Forest : Darkwood, qui était à l’honneur. Une chronique qui, à part regrettait que le tome 1 est un peu trop court, et qu’il faille attendre le tome 2 pour mieux connaître certains personnages, est plutôt enthousiaste. Quand on sait à quel point Symphonie est une lectrice exigeante à l’œil acéré sur les détails et les indices, voilà qui fait plaisir.

Une chronique à lire en entière sur son blog.