Quand l’imagination est rejointe par la réalité

Photo d’Terpsichore

Automne-Terpsichor-Putride

Lors de l’écriture de Heaven Forest, j’avais choisi que le récit se déroulerait dans l’équivalent du Pays de Galles. Tout d’abord, parce que je voulais une terre peu peuplée, assez isolée, plutôt sauvage, avec une côte, et à l’ouest de Londres. Ensuite parce que l’ancien port de Cardiff, si rayonnant à l’époque de la grande exportation du charbon et de la tourbe, m’avait impressionné. J’y voyais une belle correspondance avec l’export du manaschiste.

J’avais peuplé ma Grande Forêt de bouleaux, de saules, de chênes, parce qu’il s’agissait honteusement des seuls arbres dont je savais le nom en anglais… On m’a alors conseillé, avec une grande justesse, d’oublier mes arbres méditerranéens Lire la suite