La gaslamp fantasy ?

steampunk-1120035_640

Pendant longtemps, j’ai eu des difficultés à classer Heaven Forest parmi les genres (très nombreux) des récits de l’imaginaire. Je répondais « c’est à la croisée des chemins, c’est tout sauf de la science-fiction ; quoique… ^^ »

Catherine Loiseau a été ma conseillère particulière sur les modes vestimentaires et les tenues des personnages de Darkwood, car elle est aussi bien une auteure talentueuse qu’une couturière habile et une fine connaisseuse du XIXe et de ses littératures.

Or, au cours d’une discussion, elle m’a signalé que mon roman comptait de nombreux critères du mouvement de gaslamp fantasy, aussi nommé parfois gaslight fantasy.

J’avoue que je ne connaissais pas. Vous non plus ? Voilà l’occasion de découvrir ce genre, assez méconnu sous nos latitudes francophones.  C’est par ici.

J-31 avant la césure des Cieux

Darkwood, le premier tome de ma série Heaven Forest, sort dans un mois très précisément aux éditions Hydralune.

Heaven-Forest_Tree.jpgUn petit mot sur la trame et l’ambiance ? Voici :

Dans une Double Breytain en plein bouleversement industriel, l’effervescence règne autour du manaschiste, combustible fossile dont l’utilisation révolutionne le monde en cette fin de XIXe siècle.

A Darkwood, capitale du duché de Heaven Forest, peu importent les mutations sur la population engendrée par l’exploitation de ce minerai, les autorités ont d’autres priorités, telle la sécurité du port où la mafia sévit.

Ainsi, quand le cadavre d’un inconnu est retrouvé mutilé près des docks, on confie l’affaire – certes singulière, mais de faible importance – à l’inspecteur détective Rhys Overlake, arrivé le jour même en ville. Et si cette enquête s’avérait bien plus complexe qu’un malheureux fait divers sordide ?