Avis sur Heaven Forest tome 2 : Solitudes et sacrifices

Les Pipelettes en parlent consacrent une chronique sur le tome 2 de Heaven Forest : Solitudes et Sacrifices.

Avis : Quel plaisir j’ai eu à lire Solitudes et sacrifices. Toujours aussi prenante et énigmatique, l’intrigue de ce deuxième tome n’a rien à envier à Darkwood. […]

Plaisir d’abord, de retrouver les personnages du premier opus : Rhys Overlake [et] Lisbeth Other. Mais Solitudes et sacrifices introduit surtout bon nombre de nouveaux personnages apportant une autre dimension à l’intrigue. […]

En ce qui concerne cette dernière, j’avais l’impression que cette saga allait être un policier fantastique, avec comme intrigue principale la résolution du meurtre d’Else. Mais c’est finalement une toute autre histoire qui se dévoile dans Solitudes et Sacrifices. On se retrouve directement aux prémices d’une nouvelle guerre opposant les Saints et les Anges. […]

Il y a tant de choses à dire sur Solitudes et sacrifices et cette saga en général, de subtilités dont je voudrais parler. Mais j’ai peur d’en dire trop. Au final, ce tome apporte encore plus de questionnements et de suspens, MAIS sans rendre la lecture ennuyeuse ni donner l’envie d’abandonner. Je ne peux que vous le recommander et espérer qu’il vous plaira autant qu’à moi.
J’attends maintenant avec impatience le troisième tome, en croisant les doigts pour qu’il soit à la hauteur des deux premiers. Mais je suis assez confiante à ce niveau et je ne pense pas que je serai déçue.

Extrait de l’avis de Pauline

Pour lire l’article complet, n’hésitez pas suivre les liens.

La gaslamp fantasy ?

steampunk-1120035_640

Pendant longtemps, j’ai eu des difficultés à classer Heaven Forest parmi les genres (très nombreux) des récits de l’imaginaire. Je répondais « c’est à la croisée des chemins, c’est tout sauf de la science-fiction ; quoique… ^^ »

Catherine Loiseau a été ma conseillère particulière sur les modes vestimentaires et les tenues des personnages de Darkwood, car elle est aussi bien une auteure talentueuse qu’une couturière habile et une fine connaisseuse du XIXe et de ses littératures.

Or, au cours d’une discussion, elle m’a signalé que mon roman comptait de nombreux critères du mouvement de gaslamp fantasy, aussi nommé parfois gaslight fantasy.

J’avoue que je ne connaissais pas. Vous non plus ? Voilà l’occasion de découvrir ce genre, assez méconnu sous nos latitudes francophones.  C’est par ici.